La papesse Jeanne

415 pages de Michel TAILLANT
La papesse Jeanne Michel TAILLANT
Synopsis

Dans un 9° siècle calamiteux fait de guerres, d’invasions, de catastrophes naturelles, une femme sans l’avoir recherché se trouve placée sur le trône de saint Pierre. Jamais percée à jour, elle doit pourtant faire face à l’acharnement de ses ennemis et à l’incompréhension de son entourage.

Pourra-t-elle, en dépit de ces obstacles, mettre au pas la foule des petits seigneurs batailleurs, améliorer la condition matérielle des populations, restituer son autorité à une papauté bien abaissée par les empiétements du pouvoir impérial et l’indiscipline du clergé ?

Si elle réussit, le passage à la tête de l’Eglise de cette papesse aura peut-être empêché la chronique de l’Europe de continuer d’être cette série de guerres, massacres et conquêtes que la fatalité semblait imposer.

996 lectures depuis la publication le 08 Mai 2018

Les statistiques du livre

  28 Classement
  655 Lectures
  -7 Progression
  4.5 / 5 Notation
  16 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
3
c'est un livre simple, léger, à lire tranquillement au bord de la piscine.
Publié le 16 Juin 2018

"La papesse Jeanne" est le "Livre le +" du 28 mai. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : http://rubbish-removals-london.co.uk/actualites-litteraire-conseil/9365-la-pape.... Bonne lecture ! Et n'oubliez pas : si vous laissez un commentaire à l'auteur, il vous répondra.

Publié le 28 Mai 2018

Merci@Palamède pour vos compliments qui me vont droit au coeur. Bien entendu la papesse n'a probablement jamais existé (mais, sait-on jamais ?...). En fait mon projet a évolué en cours de documentation. La vie du véritable pape Jean VIII, qui fut réellement traité par ses contemporains de "femmelette" et de "papesse" (c'était en cette époque barbare une injure, mais ce n'est pas de nos jours que de telles incongruités seraient proférées...), cette vie donc présente des aspects tellement dignes d'un roman d'aventure que je m'en suis de plus en plus inspiré. Merci donc à ce malheureux Jean VIII qui d'une certaine manière a souffert pour moi. J'ai le projet de réunir sur un site ou un blog ma documentation sur le roman, son époque, ceux de ses héros qui ont réellement existé et la légende de la papesse, mais c'est compliqué !

Publié le 19 Mai 2018
5
Excellent ! Le titre est intrigant et l’histoire vraiment prenante. Votre écriture est tellement tangible que j’ai eu le réflexe bien sûr d’aller vérifier sa réalité ! Chapeau. J’ai été pris dans les mailles.
Publié le 18 Mai 2018

@Xavier A. Merci, Xavier, de vos avis et aussi de vos conseils techniques : on ne maîtrise jamais parfaitement ces "bécanes" et toute information est la bienvenue. Ce récit est un peu long, voire touffu, mais on ne se relève jamais tout à fait d'avoir lu "La guerre et la paix" à l'âge de 13 ans (ce n'est pas que je prétende arriver jamais seulement à la cheville du Grand Léon). Mon épilogue est totalement inventé. Ce voyageur chinois est une sorte de Juge Ti (j'adore les romans de Van Gulik, et j'ai essayé de pasticher un peu le style de son héros) qui aurait fait à l'envers le périple de Marco Polo. Moyen le plus simple que j'ai trouvé, après avoir beaucoup cherché, pour faire un bilan qui ne soit pas trop scolaire. Publiez-vous des textes vous aussi?

Publié le 08 Mai 2018
5
@Michel TAILLANT. Quel boulot, quelle érudition ! On croit très volontiers que vous avez pris grand plaisir à écrire. Je n'ai pas tout lu, tant s'en faut, mais assez pour apprécier l'écriture particulièrement limpide, sans accroc, les dialogues pertinents et la justesse d'un ton un peu détaché. On plonge dans une époque. J'imagine que votre "papesse Jeanne", si elle n'est pas trop longue à lire, saura plaire à ceux qui s'intéressent à cette période de l'histoire, aux affaires papales (ce qui est peu mon cas) et aux conjectures historiques. Une question : le journal de Tsien Wong-Li est-il de vous ? En tous cas très bonne idée d'épilogue, qui en rajoute à la portée de l'ouvrage. (Je me permets une remarque de forme : par endroits, votre texte comprend beaucoup de doubles espaces qui créent des blancs incongrus dans vos lignes. Dans word, j'utilise la fonction "rechercher-remplacer" : rechercher les doubles pour les remplacer par des simples et, pour le cas où il y aurait des triples et +, relancer jusqu'à ce que la machine n'en trouve plus.)
Publié le 08 Mai 2018